Il aurait dû paraître jeudi 12, vendredi 13 ou samedi 14 novembre.

Marianne en pleurs

Il aurait dû paraître jeudi 12, vendredi 13 ou samedi 14 novembre.

Tout dépendait de contraintes techniques qui n’avaient eu de cesse d’augmenter au fur et à mesure des jours et qui avaient engendrées au sein de toute l’équipe un profond sentiment d’impuissance, très vite doublé d’une intense frustration face à cette impossibilité de lancer le blog LSR à la date espérée.

Sentiment d’impuissance, puis de frustration et très vite, de colère à l’idée de ne pas parvenir à obtenir en temps voulu ce à quoi nous aspirions.

La sortie d’un blog. Notre blog. Le vôtre aussi. Car il est là pour que nous partagions. 

Un blog tant attendu alors qu’il ne représente qu’une petite mais précieuse partie du projet LSR. Partie réclamée et rendue de facto impérative sous la pression du besoin constant et de la production continue au sein de notre ère de l’immédiateté.

La sortie du blog LSR n’est désormais plus associée à une date précise de ce mois de novembre 2015. Et nous avons nous-même (ré)appris à lâcher prise. A respirer un bon coup et à prendre de la distance face aux divers (et multiples) impondérables rageants, certes, mais non existentiels.

Et la sortie de notre blog correspond désormais à une période. Celle de l’APRES.

Après ce vendredi 13 novembre 2015, relié pour toujours à tant de vies si violemment et lâchement fauchées, de familles brisées et de toute une génération d’enfants brutalement plongés dans le chaos des grands, subitement privés de l’insouciance et de l’innocence de notre propre enfance.

Madeleine

« L’eussiez-vous connue, que vous l’auriez détestée immédiatement. C’était une femme libre et heureuse, pleine de cette lumière intérieure qui vous manque tant. Horreur suprême, c’était aussi une intellectuelle, qui aimait son métier de prof de lettres en collège. Car oui, chez nous, les femmes ont non seulement le droit d’être éduquées, mais aussi d’enseigner... »

L’hommage de Simon Casteran à sa cousine Madeleine, 30 ans, professeur de français, morte vendredi soir au Bataclan à Paris. Un hommage à sa cousine, mais aussi à toutes les femmes de notre société, parce que oui, « chez nous, les femmes ont non seulement le droit d’être éduquées, mais aussi d’enseigner ».

Et de fait, le droit de se réaliser. Plus que jamais. Et ce tout au long des étapes de leurs vies, en fonction de l’évolution de leurs besoins, de leurs contraintes, de leurs désirs, de leurs rêves. Des femmes égales aux hommes au sein de notre société. Et notre devoir, aujourd’hui, d’intégrer ce fait, de l’appliquer et de le rendre indéfectible de chaque entité de notre société. A commencer par les entreprises.

Car si les droits et les libertés des femmes ont ainsi fait un fabuleux bond au sein de notre pays au cours du siècle dernier grâce aux combats et aux volontés de femmes d’exception, talentueuses et engagées, les entreprises et notre société en général peinent aujourd’hui à suivre le rythme imposé.

Le schéma traditionnel de la famille en ressort lui aussi profondément secoué et perturbé. Or la femme est au coeur de ce système familial.

Maternité, congés, parentalité, divorces, la maladie (d’un parent, d’un enfant…), licenciement économique, mise au placard, plafond de verre, mutation professionnelle du conjoint, (réelles et énormes) difficultés de mode de garde… ou tout simplement émergence de nouveaux besoins, de nouvelles contraintes de vie, de nouveaux désirs…  les femmes se retrouvent en première ligne quant aux difficultés de concilier et de gérer carrières et vies personnelles.

Route

Dernières arrivées au coeur de l’écosystème professionnel, elles s’imposent de par leurs compétences, leurs connaissances et leurs talents, mais sans que leur statut ni leurs réels besoins ne soient jusqu’à présent considérés. Et se retrouvent trop souvent, une fois passées leurs 10 premières années de « working battantes », bien mal servies. Et considérablement démunies.

Vendredi 13 Novembre 2015. Notre pays a été violemment attaqué par des monstres assoiffés de haine. Haine envers l’amour, haine envers le bonheur, haine envers les femmes, haine envers les hommes, haine envers la culture, haine envers la liberté, haine envers les libertés d’être, de vivre, de manger, de boire, de chanter, de danser, d’aimer, de partager, de jouir, de lire, d’échanger, de voyager, de s’instruire… haine envers la Vie.

Notre société toute entière est concernée par cette haine déversée sur nos têtes, sur notre culture, notre mode de vie. Au de-là de la politique et de ses enjeux propres, chaque entité de notre société peut agir et réagir à la hauteur de ses moyens.

L’humain, plus que jamais, est au coeur des enjeux de NOTRE société.

Le temps est à l’action.

CielLes femmes ont besoin d’un système leur permettant d’allier et de conjuguer leurs carrières à leurs vies personnelles.

Les entreprises quant à elles ont besoin de ne plus perdre leurs collaboratrices à des moments clés de leurs carrières. Certaines entreprises se sont par ailleurs engagées depuis quelques années dans cette recherche d’équilibre professionnel et personnel. Il est primordial de le savoir, de connaître leurs champs d’actions et la portée des outils et services qu’elles mettent en place. Et de s’en inspirer.

Et de resserrer ainsi les liens fondamentaux entre les hommes et les femmes de notre société.

A la suite des atrocités perpétuées ce vendredi 13 novembre 2015, nous nous sommes demandées si les 10 premiers articles de notre blog écrits AVANT, ne devaient tout simplement pas être jetés à la poubelle. En même temps que notre belle insouciance et l’innocence de nos enfants.

Après un temps d’échanges et de réflexion, il nous est apparu comme précieux de les laisser tels quels, avec les besoins, les désirs et les rêves des femmes et de notre projet d’avant ce vendredi 13 novembre 2015, car ils sont l’essence même de notre histoire.

De ce que nous étions avant, de ce que nous sommes depuis, de ce que nous sommes aujourd’hui. De ce que nous construisons pour demain. Pour nous. Pour nos enfants.

Nous, les femmes engagées à nous réaliser

Parce que « Seul, on va plus vite
Ensemble, on va plus loin ».

Cendrine Genty

Cendrine Genty, Fondatrice et Productrice de L se réalisent, le Média engagé pour la Carrière des Femmes et l'Égalité Hommes-Femmes au Travail. Auteure et Conférencière Ex-Productrice et Rédactrice en Chef d'Émissions de Télévision (M6, TF1, France Tv) "Le jour où j'ai choisi ma nouvelle vie, en quête de sens, en quête de soi" Le Passeur Éditeur

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre e-mail n’apparaitra pas

Vous pouvez utiliser ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>