Garder le cap « Ô Capitaine mon Capitaine » !

Ton rêve en toute lucidité 

Quand tu te décides un beau jour à te lancer dans ta création d’entreprise, tu sais qu’il y a mille et une choses (et plus encore !) que tu seras amenée à vivre et que tu n’imagines pas ! Et que ces mille et une choses inconnues feront que rien ne sera à priori simple. Et pourtant, tu le sais. Tu es consciente que tu t’apprêtes à te lancer non pas dans une jolie randonnée, mais bel et bien dans un véritable trek. Pourquoi ? Déjà parce que tout cela  sera nouveau pour toi, ensuite parce que tu n’es pas née de la dernière pluie, et puis enfin, parce que tu en as lu, vu et entendu des témoignages et des histoires sur le changement de vie professionnelle. Et tu sais pertinemment que ce n’est certainement pas un long fleuve tranquille !

Et puis quand tu penses à la situation économique du pays à l’heure actuelle et à son taux exponentiel de chômage, tu te doutes pertinemment que tu risques de serrer fort les fesses pendant un (long) moment. Le temps de concevoir et définir précisément ton projet, puis de définir la structure que tu souhaites créer pour le mener à bien, puis pour lui donner vie et enfin, pour le développer (commercialement notamment !) et te permettre un jour de dé-serrer un peu les fesses et surtout de retrouver l’usage de ta carte bancaire !

Donc, on est d’accord. Quand tu te lances, tu es bel et bien consciente d’à peu près tout ça ! Et bien plus encore lorsque tu es une femme, car tu perçois les freins encore plus grands propres aux femmes. Le manque de confiance en soi, le manque de confiance des autres parce que tu es justement une femme, ta peur et tes (énormes) doutes, la peur et les (énormes) angoisses des autres qui tremblent pour toi, le montant de tes économies et/ou de tes indemnités… bref, là encore tu maîtrises d’emblée les raisons d’avorter ton projet avant même d’avoir oser le démarrer ou bien de le stopper net au premier (gros) écueil rencontré !

 

Surprise ! Ce n’est pas tout !!!

Cela aurait presque pu être trop simple tous ces obstacles soigneusement identifiés ! Mais non, heureusement, cette bonne vieille nature humaine est là pour te corser les choses jusqu’au bout !!

Car s’il y a bien un obstacle vis à vis duquel tu ne t’étais pas préparée, c’est bien celui de la bienveillance à double tranchant de certains ! De (plus ou moins) proches plus particulièrement…

Car les répercussions de cette « forme de bienveillance », ce sont parfois celles qui manquent de te faire chavirer ! Le coeur déjà, puis ton projet qui passe alors par dessus bord avec toi.

 

Pourquoi ?

Parce que si face aux réflexions ouvertement hostiles, négatives, castratrices de certain(e)s… tu es à peu près armée, tu perds tout simplement pied lorsque tu repars d’un rendez-vous, d’un dej ou d’un café avec une personne de ton entourage et que cette personne, qui adoooooore ton projet, te l’a finalement tellement décortiqué, démonté et remonté différemment de ce que tu lui as présenté que tu ne sais même plus ce qu’il est. Et que tu repars sonnée avec des phrases qui tournent désormais en boucle dans ta tête « Ton projet il est génial, franchement bravo ! Il est top !! Mais rassure-moi, tu vas le rebosser là encore  ? Parce que c’est super, c’est juste que… enfin là, tu vois, moi je pense que tu devrais faire ça plutôt que comme ça, et puis là comme ça, et puis pour ce truc là que tu changes ça, et puis ça aussi, et ça aussi d’ailleurs… Bon bref, c’est encore très flou ton truc mais allez, n’inquiète pas, tu le rebosses bien et après ça devrait le faire ! Bon, ça m’a fait super plaisir de te voir ! On s’revoit vite ok ! »

 

Et là, et bien là tu rentres chez toi et tu pleures. Pourquoi ? Parce que oui, tu es prête à entendre toutes les remarques constructives pour permettre à ton projet de grandir dans le bon sens, parce que oui, tu as déjà effectué un premier pivot sur ton business model, parce que oui,  tu es ouverte aux conseils, sauf que là, sous ce déluge, cette avalanche de « c’est pas mal, c’est juste que… ça tu ne devrais pas le faire comme ça… » tu as juste les les pattes cassées.

Avec la pire répercussion que l’on pouvait te faire vivre, c’est que désormais, ce n’est plus de toi dont tu doutes, non, ça, c’était beaucoup trop simple ! Soudain, c’est de ton projet dont tu doutes  !

Et là, et bien là c’est la pure cata ! Car douter de ton projet, cela peut te faire beaucoup, beaucoup de mal dans ton cheminement de création d’entreprise.

 

Parce que s’il y a bien une chose que tu ne peux pas te permettre, c’est de gaspiller ton énergie intérieure. Parce que durant cette période de si gros et intense bouleversement de vie,  ton énergie intérieure est tout simplement ton seul vrai véritable moteur.

Elle est ton eau. Ton carburant. Ton essence.

Elle t’est tout simplement vitale !

Sans elle, tu ne peux plus avancer.

Et ton projet encore moins.

Et puis, un jour, alors que tu as (péniblement) survécu à ce premier échange qui t’a mise à terre pendant un petit moment, et alors que tu t’es jurée que l’on ne t’y reprendrait plus, voilà que tu rentres chez toi dans le même état. Le coeur serré, les larmes au bord des yeux, dépitée, vidée, sonnée, triste, avec le poids d’une enclume qui serait soudain venue se greffer sur ton toi tout entier… ton corps, ta tête, ton esprit, ton coeur…

Un nouveau rendez-vous avec un proche « bienveillant » t’a fait revivre tout le cauchemar de la fois précédente.

Alors parce que tu décides de t’y confronter pleinement, tu choisis de récidiver. Volontairement cette fois. Tu as un truc à élucider. Le pourquoi du comment. Tu revois la 1ère personne, ou bien une 3ème, une 4ème s’inscrivant dans ce registre « bienveillant mais », « ton truc c’est super mais là tu vois, c’est juste que… »

 

La révélation !

Et là, soudain, tu réalises ! Oui, dans la vie, n’importe quelle partition de musique, n’importe quelle pièce de théâtre, n’importe quelle chorégraphie, n’importe quelle recette de cuisine, n’importe quelle adaptation de livre… sera différente selon le chef d’orchestre, le metteur en scène, le chorégraphe, le chef,  le réalisateur qui la réalisera. Qui en sera aux commandes. Parce qu’il, elle, le fera en fonction de lui, de son talent, de son regard, de ses atouts, de ses faiblesses, de ses désirs, de ses envies, de ses goûts, de son interprétation !

Et c’est ainsi que tous les proches « bienveillants mais », sous couvert d’être de la partie et de pouvoir t’aider, sous couvert d’avoir réellement et sincèrement envie de t’aider, le font avec leur regard. Sans chercher à emboiter leur regard au tien. Celui qui est à l’origine de ton projet. De TA vision !

 

C’est pourquoi, si tu ressors d’un rendez-vous avec l’ensemble de ces symptômes, frissons, tremblements, tristesse, coeur au bord des larmes, migraine… surtout, surtout, GARDE LE CAP !!!

Cela ne signifie pas se fermer aux autres, ne pas entendre les recos et conseils, les suggestions et autres propositions, cela signifie simplement et seulement de surtout, envers et contre tout, GARDER LE CAP !

Garde en tête et surtout dans ton coeur  l’essence même de ta vision ! Celle qui a fait qu’un beau jour tu t’es dit « Ok, je me lance !« . Alors que oui, tu es au courant des risques, des enjeux et que tu connais par coeur tes peurs et tes doutes !

 

Alors pour poursuivre ton chemin en dépit de tous les obstacles et toutes les difficultés que tu es amenées à rencontrer, que tu traverses peut-être actuellement, n’oublie jamais que le cap, celui que tu vises depuis le début de ton aventure, c’est le tien. A toi. Pas celui de tes proches, de tes amies, de tes collègues, de ton ex-boss, de ton amoureux, de ta voisine… non. Il s’agit de ton cap personnel. Et en cela, il est unique.

 

Ton cap, ton meilleur allié (et aussi celui de tes meilleurs alliés !)

Ce qui est fou, et magique, quand on parvient à s’en souvenir et à garder ça précieusement inscrit dans son coeur, c’est que bien souvent, au plus profond de la tourmente, tu as un proche, ou l’ami(e) d’un proche, sorti de nulle part, qui débarque à son tour. Cette personne a identifié les réels besoins de ton projet. Et t’apporte une solution qui correspond non pas à son regard à lui, mais au tien. Et soudain, c’est le sentiment d’une réelle fluidité qui apparaît. Dans votre échange, contrairement à tout ce qui semblait si compliqué avec l’autre, devient simple avec elle. A tel point que c’est cette personne qui te transmet alors, en plus de ses précieux (et bons) conseils, toute sa belle énergie tellement elle adhère à ton projet et mieux encore, à ta vision !

La Magie opère.

Hasard ?

Je ne pense pas.

Tu as simplement su garder ton cap. Ce qui t’a permis de le transmettre à la bonne personne au bon moment. Et de savoir être présente pour ton projet au moment ou il le fallait. 

Et ça, je crois que c’est l’un des plus beaux et précieux cadeaux que l’on puisse s’offrir à compter du moment ou l’on s’aventure dans cette croisade du changement de vie professionnelle et, plus particulièrement, dans la création d’entreprise !

 

La posture. Quelle posture ?!

Pendant longtemps, alors que je me renseignais pour me « former » à la création d’entreprise, je voyais un intitulé qui m’intriguait. C’était celui de « la posture du chef d’entreprise« , ou « la posture de l’entrepreneur ». Je comprenais le concept mais ne voyais pas forcément le concret qui se cachait derrière ce terme. Et comment travailler cette fameuse posture ? J’imaginais bien que ce n’était pas pour se tenir encore plus droite, alors quoi ? C’était quoi l’enjeu caché derrière le travail de la posture ?

Et bien aujourd’hui, après des mois de développement, de mise en place et de lancement du projet, j’ai enfin pris conscience de l’importance de cette fameuse posture ! Qui me permet dès lors d’écouter avec (plus ou moins) de patience certains retours bienveillants « oui mais c’est juste que tu devrais…« , et de savoir les laisser passer. De savoir sélectionner les infos contenues au sein desquelles  il y a un petit truc à garder, mais s’en plus me laisser envahir par la vision et le désir de l’autre.

Autant chaque nouvelle rencontre allant dans le sens du projet est porteuse de mille et une merveilles pour le projet, autant chaque personne focalisée sur le projet au travers du prisme de son désir personnel est gentiment remerciée. Sans qu’une suite ne soit donnée si son état d’esprit reste à l’identique.

 

Un Projet = une Vision

Une Réussite  = une Equipe.

Des personnes complémentaires réunies autour d’un même objectif, la réalisation de cette vision

La Fondatrice/le Fondateur = un Rôle.

Le rôle le plus précieux que le fondateur d’un projet puisse offrir au projet en lui-même : assurer sa posture. De bout en bout. Et permettre ainsi au projet de se développer, de mûrir, de grandir, de s’étoffer, de faire des petits… tout en… gardant le cap.

Son cap !

 

Ô Capitaine mon Capitaine !

 

 

Cendrine Genty

Présidente & Fondatrice L se réalisent. Journaliste & Productrice TV.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre e-mail n’apparaitra pas

Vous pouvez utiliser ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>